L’irrésolu

 

Les policiers l’ont convaincu des mensonges puis lui ont passé les menottes.

En suite, ils étaient tous au commissariat. Ils étaient quatre, trois parmi les policiers.

L’interrogatoire avait commencé sans cesse, on supposait d’avoir trouvé une piste, étrangement à Amsterdam…mais les nouvelles qu’on espérait et celles qu’on avait eues étaient fort différentes, hélas!

 Certains exclamations des policiers après l’interrogatoire étaient presque inouïe.  » – Je lui ai dit ce que je pensais, mais autant parler à un mur! » / « – Ces gens là nous sont trompés en faisant échouer tous nos projets. »

Pendant tout ce temps le Détective Bonetti avait été prévenu à Stockholm. Pressé de connaitre ce pseudo-coupable il s’en est fallu de quelque minutes qu’ils ne se soient rencontrés. Il avait peu dormi notre enquêteur, il s’était rendu dans la capitale hollandaise sans minime hésitation. Il n’avait pas une bonne mine, puis n’était absolument pas content du travail au commissariat:  » – Vous allez remplir cet imprimé en briffant les mentions inutiles ».  » – Je donne pouvoir au Chef Martinez de signer en mon nom ». Il dit le brigadier Jerondin pressé de rentrer.

Il eut beau faire effort, il n’arriva pas finir de compiler ce module.  » – Ici le fait de parler comme ça ne donne pas accès à une carrière heureux ». En battant un poing sur la table Bonetti. Il était furieux.

On voit que ce qu’on veut voir… Il n’est pas facile notre Détective avec le commissariat à Amsterdam. Il n’a été jamais facile avec la justice en général. Mais il faut tout de même essayer de s’entendre avec!

« – Bonjour. Est-ce que vous avez un instant? »  » – OUI? »  » Je me présent, je suis l’homme de votre imaginaire. Il ne faut pas rigoler, je suis sérieux. »  » Pardon Monsieur? »  » – Si je vous parle ce n’est pas par hasard. Est-ce que vous croyez dans le destin? »

 » Ça dépend, peut-être parfois. »

 » Et bieeeeen justement! Si en ce moment je vous parle, c’est parce que le destin m’a amené vers vous. Si on se croise c’est forcement pour une raison! »

La fille en face exprimait de l’étonnement et de l’embarras. Puis un petit sourire, agréable au regard à qui était attentionné aux détails de la vie.

« – D’accord, supposons que je vous fasse confiance. »

 » – C’est déjà bien. Donc si nous sommes ici, comme vous l’avez bien compris, c’est parce que nous avons une mission. C

omme mon nom, il sort de l’ordinaire, on m’appelle l’homme de l’imaginaire. Vous savez, je viens ici pour vous prouver quelque chose d’extraordinaire. »

A la prononciation de cette dernière parole la fille avait rougit. Le garçon l’avait vite remarqué, il savait qu’il pouvait continuer avec sa stratégie d’abordage. Effectivement cette stratégie ne s’appuyait pas à une loi ou n’importe quel autre institution, surtout pas de schéma. Cette stratégie devait être strictement fidèle à l’imprévu. Il fallait donner de l’exclusif au contexte nettement occasionnel.

 » Donc mademoiselle, si vous me suivez toujours, maintenant on va aller au concret de l’histoire ».

 » Comment? »

 » Je vais vous montrer ma théorie. »

Le moment était décisif, tout se jouait sur cet action. Le garçon surmontait ses limites doucement. Il savait qu’il ne fallait surtout pas se tromper de moment.

 » Je vais éprouver qu’on peut sortir de l’imaginaire et qu’on peut rendre réel la pensée humaine dans un seul instant ».

Le Détective Bonetti avait écouté cette histoire plusieurs fois. C’était l’enregistrement de l’interrogatoire.

Le soir du dimanche était arrivé, lui dans une chambre d’hôtel à Amsterdam. Le vent surement  portera conseil car ce qui reste de sa journée n’est que simple poussière autour d’un mystère.

 

 

Publicités

Qui avait tué Lauriane Fargot?

 » J’avais suivi au jardin du Palais Royal – Kungliga Slotten -mon informateur. Normalement il devait rentrer chez lui avant le coucher du soleil. De sa villa, située sur une hauteur, on embrassait la vue du port et de la mer Baltique qui captent à présent des immeubles neufs. Nous nous sommes arrêtés, une fois surmonté le Nobelmuseet et sans savoir pourquoi nous avons contemplé longuement la mer, crêpelée par une brise légère, qui reflétait en myriades de lumières rouges la lueur paisible du soleil presque pâle.

La péninsule Scandinave reposait l’œil sa verte douceur qui pénétrait la mer de sa courbe immense comme une pénombre solide. Les môles et les jetées étaient glaciales, petits insignifiants dans leur rigidité linéaire. L’eau des bassins était – elle obscure parce que immobile ou simplement parce que trouble? Dans ce vaste panorama, rares étaient les eaux tranquilles par rapport à toute la rougeur mobile de la mer dont les yeux éblouis, nous n’avons pas tardé à tourner le dos. Par contraste sur la terrasse loin devant la maison  la nuit descendait déjà.

Devant la loggia, allongé dans un grand fauteuil la tête couvert par une casquette et protégée aussi par le col remonté de sa pelisse, les jambes enveloppés dans une couverture, dormait Max, l’ancien photographe de l’équipe de mode Paul -Ka.

Nous nous sommes arrêtés pour le regarder. Il avait la bouche grande ouverte, la mâchoire inférieure pendante comme une chose morte et la respiration bruyante et précipitée. A chaque instant sa tête retombait sur sa poitrine et lui, sans se réveiller, la redressait. Il faisait alors un mouvement des paupières comme s’il eût voulu ouvrir les yeux pour retrouver plus facilement l’équilibre et son souffle changeait de rythme. Une véritable interruption de sommeil.

C’était la première fois, disait mon informateur que la gravité de la maladie de Max apparaissait avec une telle évidence et j’en fus profondément désolé… parce que pour l’instant c’était le seul qui pouvais m’aider, le dernier qui avait vu Lauriane encore vivante, même si personne l’avait vu mourir.

Personne ne sait où elle était allée ».

Errer dans Stockholm

 

 

Le soleil brillait sur la mer Baltique. C’était le début de l’après-midi.

Il marchait taciturne en regardant autour de lui,sans avoir aucune destination précise. Il avait ses mains dans sa poche, un chapeau noir où il pouvait cacher ses pensées et un long manteau qui tombait jusqu’au genou…

Il était seul et il partageait ses pensées avec son esprit. Il faisait très froid dans la capitale de la Suède, mais il n’était pas là juste par hasard…

Il cachait bien son identité sous ses moustaches… personne le connaissait, lui il était le seul a connaitre la raison de son séjour.

« Qui avait tué Lauriane Fargot? »

Les enquêtes l’amenait bien là à Stockholm…

Il logeait à Glama Stan, le quartier historique de la ville, où effectivement la belle modèle était passé avant de commencer la Fashion Week. D’après d’ici ses traces étaient disparus. Où était-elle? Des pistes confondus invoquent à un tuer… Parle t-il suédois?

Le détective Bonetti suive les pistes et actuellement il se trouve où Lauriane logeait, même hôtel, même chambre… Là pendant il fumait une clope allongeait sur le lit, tombe avec le regard sur une lettre, trouvée un moment avant dans le panier de la cuisine.

Hi Jane!

How are you?  I can’t remember the last time we writed,I have a lot of news for you. Right now, I am writing to you from Miami! It is a great city, and normally it’s sunny and warm, but at the moment it is raining.  I am studying English in an excellent school, but I am feeling a little sick today so I am not in class.  A friend from school and I am looking for a place to live together, but for now we are staying in a hotel near the beach. He wants to be a teacher, but for the moment he is working as a waiter, and he thinks he can find me a job at his restaurant.

What are you doing these days? Send me an email!

Your friend,

Lauriane

 

La lettre indique qu’elle écrivait de Miami, pourquoi l’avoir oublié à Stockholm?

Bonetti nous dévoilera le mystère en suivant les enquêtes.

A plus tard ou jamais.

Douce nuit de Stockholm

 

Street Fighter

 

 

Chaque nuit

Chaque jour

Ici et ailleurs

On est toujours dans la rue

 

Chaque jour

Chaque nuit

cassé plié enragé

Toujours ici à la rue

dans le froid

dans la chaleur

avec quelqu’un ou tout seul

dans le silence ou dans le bruit

Absent et présent

plus distant que lointain

Si tu me crois je te déçois

 

Chaque nuit

Chaque jour

Une flamme brule d’énergie

Ta passion se perd dans les vers d’une poésie

Contre-courant un rythme auveglant

Un flux de lumière stupéfiant

À travers l’inconnu tu goutes le saveur de l’ennui…

Soudain un ombre te suis

sans fin.

 

Chaque jour

Chaque nuit

Le rêve est entreprenant

Une délice t’idéalise

Elle s’arrête pendant un moment

Tu sens une petite vibration

 

Chaque jour

Chaque nuit

Par toujours

Ailleurs et ici

Dans la rue

La vie semble appartenir à l’infini.

 

 

Le Polar Nordique: Henning Mankell – Le retour du professeur de danse

« …Je me demande si ce n’est pas à cause du soleil…Un peu comme le suicide. Ils dépriment pendant plus de six mois parce qu’ils ne le voient pas, et quand il arrive, ils sont comme des dingues en attendant qu’il se couche enfin. On doit être naturellement bipolaires. Comme le maniaque- dépressif »1

PROLOGUE

Les polars venus du froid ont déferlé sur l’Europe comme si le crime, le meurtre, la misère sociale, et tout l’attirail du polar s’étaient réfugiés dans un Nord autrefois connu pour sa social- démocratie et le léger parfum d’ennui qui s’en dégage.

Aujourd’hui, les auteurs scandinaves seraient-ils détenteurs d’une recette inconnue des autres ?

Auraient-ils découvert le secret du succès littéraire, la pierre philosophale qui permet de changer en or le moindre des manuscrits ?

Introduction

Dés XIXème siècle, Stein Riverton mettait déjà en scène un détective, « Asbjorn Krag », dont les enquêtes en Suède étaient aussi populaires que celles de Sherlock Holmes. C’est un classique du genre, qui a eu tellement de succès, qu’il a reçu le prix « du meilleur polar de l’année », c’est-à-dire le Riverton Price.

Ensuite, il y eut une longue période de vide jusqu’à l’arrivée fracassante, en 1965, des livres des deux écrivains et détectives Maj Sjöwall et Per Wahlöö. A l’époque, tous deux étaient des gauche, et impressionnaient par leur virtuosité stylistique, presque inimitable dans la description d’une société scandinave violemment déstabilisée par ses contradictions.

L’écrivain Gunnar Staalesen, dans une interview récente, explique la mutation de la société scandinave par la découverte du pétrole, ce facteur l’ayant rendue trop riche et contribuant à lui faire perdre son innocence.

Il y a plus de soixante auteurs de polars nordiques, et plus de cent romans publiés seulement en France, noms des gros calibres comme Henning Mankell, Jo Nesbo et Stig Holmas où derrière leur encre on peut découvrir vaguement l’ombres des poètes et écrivains britanniques comme David Goodies, Jim Thopson, Robin Cook…Où l’inspiration emmène loin, sans flics, ni enquête dans ce dialogue; mais une poésie sombre et violente qui s’attache aux pas de tous ceux qui ne rencontreront jamais le bonheur, un plaidoyer désespéré pour le gueux et leur vermine : une vision commune à tous les grands roman noirs.

«… Le Monde cessera de tuer quand le soleil sera une pierre froide… » 2

De l’origine à nous jours

Début des années 1970 : s’il a bien fait évoluer les mœurs en filmant la nudité sans filtre, le cinéma de Bergman pèse de tout son poids sur l’imaginaire créatif suédois. Le psychologisme du réalisateur et celui plus ancien d’August Strindberg vont générer une réaction dans la littérature et plus particulièrement dans la littérature noire. Mais plus encore que ce surmoi esthétique un rien paralysant, les pionniers vont surtout sérieusement entamer la représentation sociale que le pays cultive de lui-même : un paradis égalitariste et pacifié abonné à la croissance économique et à la justice sociale.

Ainsi on apprend que Per Walhoo et Maj Sjowall étaient les véritables pionniers de cette transformation avec leur personnage de Martin Beck qui inspirera, bien au-delà de la Suède, tous les polars des scandinaves.

D’aucuns cite également Jon Michelet, véritable figure de proue du polar norvégien. Porteur de mauvaises nouvelles dans le paradis scandinave, Michelet a dès les années 1970 posé de très solides bases théoriques du polar où on se gèle : territorialisation de l’intrigue – essentiellement en milieu urbain chez lui – traitement de thèmes politiques – comme la criminalité économique.

En fin c’est Henning Mankell, issu du lumpenprolétariat, qui va rompre totalement avec le psychologisme des classes moyennes. Non rancuniers, les Scandinaves deviennent des passionnés de romans noirs, toujours grâce à Mankell qui donne ses lettres de noblesse littéraires au sous-genre.

Les caractéristiques du roman du nord

En analysant différents auteurs scandinaves on pourra mettre en évidence les caractéristiques dominantes du roman policier et du roman noir.

Le roman de Staalesen met en scène des intrigues criminelles, que son détective résout et, ce faisant, laisse derrière lui le monde un peu plus propre, un peu moins opaque et mystérieux. Holmas se contente de rendre compte. Il n’y a rien à résoudre puisque chaque crime en cache un autre encore plus ignoble. Certain écrivains, Robin Cook en est le parfait exemple, parviennent, au bout d’une enquête policière, à laisser le monde aussi sale qu’ils l’avaient trouvé en entrant, mais ils sont loin d’être la majorité.

Dans le premier tome du Roman de Bergen, ouvrage passionnant de plus de huit cents pages où Staalesen retrace l’histoire de sa ville à travers l’enquête d’un crime commis en 1900 et résolu un siècle plus tard par Varg Veum, l’auteur raconte la somme de travail, d’ingéniosité et la souffrance humaine qu’il fallut mettre en œuvre pour percer la voie ferrée qui permet aujourd’hui de rejoindre Bergen et Oslo. A travers les flancs escarpés des montagnes qui enserrent les fjords, le train grimpe le plus beaux des mondes.

Ensuite chez Staalesen on trouve une certaine ressemblance avec les romans de Simenon qu’à Chandler ou Hammett. Son héros, le détective privé Varg Veum, s’inscrit dans la tradition classique, plus proche de Philip Marlowe – en plus sentimental – que des personnages d’Ellroy. Les intrigues se déroulent à Bergen, ville soigneusement décrite (où il pleut beaucoup). On a la présence de cet ancrage territorial très fort, hérité de Michelet.

Joueur de foot professionnel à dix – sept ans, Jo Nesbo est contraint d’abandonner après une blessure au genou. Reconverti dans la finance, il devient courtier en bourse et gagne une petite fortune avant de commencer à s’ennuyer. Il fonde alors un group rock, DI Derre, qui devient aussitôt l’un de plus célèbres de Scandinavie. Guitariste et chanteur de talent, il est vite la coqueluche d’Oslo mais, hanté depuis toujours par l’écriture, il lâcha sa guitare pour la plume.

Le protagoniste des ses romans s’appelle Harry Hole, il est un policier, il se distingue entre les personnages des autres auteurs surtout pour une qualité : le charme du voyage. Cette décision, explique l’auteur, met en scène un homme suédois, avec ses typiques stéréotypes, non pas en face de la réalité scandinave d’un Pays riche, mais face à l’étranger. Il emmène donc son personnage ailleurs, pour pouvoir une meilleure idée sur la façon de penser scandinave, en ayant une autre vision, selon d’autres circonstances.

Ce personnage est aussi un alcoolique et un désabusé, qui à travers des enquêtes « marathon », le héros parano de Nesbo s’attaque à la corruption, au racisme et à l’égalitarisme de façade d’une société prétendument pacifiée. Dans Rouge-gorge il démonte le mythe d’une Norvège impeccable sous le nazisme. Avec L’étoile du diable, Nesbo fait descendre Harry Hole quatre étages plus bas dans la déprime. Cette fois, il se lance sur les traces d’un serial-killer de femmes, et fouille une nouvelle fois les entrailles de l’histoire décidément peu reluisante de son pays.

Comme Nesbo, Kjell est un auteur à part dans l’interminable liste des auteurs nordiques. D’abord parce qu’il est un styliste, qu’il écrit court et précis et son personnage, le commissaire Gunnarstranda, cherche de relever les secrets de famille de la société bourgeoise norvégienne. Ses romans basent leurs intrigues sur des histoires de divorces, d’enfants et de jardins d’enfants. Il mit ce que Maj Sjöwall et Per Wahlöö avaient imposé à littérature scandinave, c’est-à-dire un peu d’exotisme de nature, de neige, une intrigue simple, des policiers à la vie privée difficile, des problèmes sociétaux et de la politique. Dans le roman scandinave, il soutien sur une revue que les personnages sont plus importants que l’intrigue.

L’Islande, un pays où trois cent mille habitants se bousculent sur un rocher de cent trois mille kilomètres carrés, ne compte pas moins d’une dizaine d’auteurs du genre dont l’un, Arnaldur Indridason a une solide réputation internationale, Stéfansson et Thorarinsson, sont connu au-delà de leurs frontières.

L’écrivain Arnaldur Indridason affirme que l’Islande est une sorte de paradis et pour cette raison que le roman policier a mis autant de temps à naître. Il s’y commettait si peu de crimes que la plupart des gens ont longtemps vu leur société comme un paradis touché par la grâce de l’innocence. En lisant les polars étrangers, ils se trouvaient confortés dans leur opinion que l’enfer était ailleurs. Un paradis tout à fait relatif pour son personnage de policier, Erlandur, qui traine sa déprime de livre en livre entre une ex-femme qui le hait, un fils qui l’ignore et une fille junkie.

Auteur d’une vingtaine de romans, traduits en vingt-six langues, Indridason a trouvé un schéma original qui lui permet de contourner la faiblesse de la criminalité en Islande : la police déterre le squelette d’une personne manifestement assassinée et remonte jusqu’au meurtrier. Le procédé fonctionne, mais il donne aux aventures d’Erlandur une lenteur exaspérante que l’absence de style ne parvient pas à compenser. Obligé de travailler sur le passé, et seulement sur lui, Indridason tombe souvent dans la répétition en s’attardant sur la vie peu exaltante de ses personnages.

Différente c’est la prospective que Arni Thorarinsson, auteur du grand succès Le Temps de la sorcière, tourne vers le roman policer. Son personnage, Einar, est un journaliste alcoolique et désabusé dont l’humour réconfortant tranche avec la morosité sinistre des personnages d’Indridanson.

Dans la grande tradition du roman noir, Thorarinsson décrit une Islande actuelle, malade d’une mondialisation forcée, du racisme et des valeurs imposées par le capitalisme. Il soutient qu’avant la richesse n’était pas une de leurs valeurs, les gens se connaissent tous et vieillissent avec leurs voisins. L’héro principal des ses romans s’appelle Einar, et « einn » veut dire seul, et nombreux sont les aspects qui rapprochent l’écrivain du l’hard- boiled américain.

Avec Brouillages, explose le grand succès du romancier Jon Hallur Stefansson. C’est une histoire d’adultère où on trouve une intrigue très brumeuse, des fausses pistes qui conduisent à une solution que la dernière ligne du roman remet totalement en question.

Stéfansoson n’a aucune explication à avancer sur la vague du polar scandinave, mais il compare l’irruption du genre en Islande à celle de la gastronomie, comme l’entrée dans un nouveau goût.

Un des écrivant plus lus des romans policer suédois actuel s’appelle Karin Alvtegen. La critique mit souvent en évidence les aspects plus remarquables des ses romans, comme ténébreuses et recherchées et d’autres fois contradictoires ou même honteuses. Ses contes son entièrement centrés sur des personnages féminins, on trouve surtout des gens ordinaires pris dans les situations les plus banales de la vie courante et qui sont tenaillés par l’angoisse d’être trahis, mal aimés, incompris.

Un colosse du genre policer très célèbre en Suède est Stieg Larsoon, qui à crée une saga dénommée Millenium. Les deux personnages principaux de la trilogie sont :

Michael Blomkvist, un journaliste qui a perdue sa petite fille, chargé d’une enquête pour meurtre, il se lance à la recherche de la vérité;

Lisabeth Salander, personnage feminin incroyable, elle est une enquêtrice. Elle est sous tutelle à cause de sa vie passée, elle est capable de tout savoir, formidable dans l’espionage. Elle accompagne dans les investigations Blomkvist.

Enfin, l’auteur suédois le plus connu au monde du genre policier actuel s’appelle Henning Mankell. La critique admet que sans lui, le port serait resté ignoré par les touristes venus de toutes parts traquer le commisaire Wallander. Il a choisi de situer l’action dans la plupart des ses romans, dans une petite ville charmante, au milieu d’un paysage conforme à l’image qu’on se fait de la campagne suédoise, dénommé Ystad en Scanie ( sud de la Suède), qui sous sa plume, devient le théâtre de crimes horribles.

Mankell a poussé jusqu’à l’extrême le procédé consistant à s’attacher plus à la vie privée de ses personnages qu’à l’enquête criminelle.

Henning Mankell

Actuellement, il reste l’auteur de romans policiers le plus lu au monde. Il est né en Suède en 1948, et a commencé sa carrière au théâtre autour dix- sept ans, en mettant en scène des pièces. Des années plus tard, il revendique toujours cette passion puisqu’il dirige, à Maputo (Mozambique), le Théâtre Avenida. Dix années plus tard il crée l’inspecteur Wallander, avec Meurtrieur sans visage, le premier des autres innumérables succès.

Le retour du professeur de danse

Nazisme d’hier, nazisme d’aujourd’hui.

L’auteur aborde une face peu connue de son pays, forcément obscure, dans le cœur noir d’une société considérée comme exemplaire, ce conte propose au de-là du suspens, une véritable généalogie de la terreur.

Des événements historiques au prologue, « procès de Belsen » (ne nous pas révélé), on suit le mystérieux voyage, en avion militaire, d’un homme qui se révélera être le bourreau de plusieurs criminels de guerre nazis.

Le récit se place immédiatement dans une visée historique, lorsque l’on assiste ensuite à l’exécution d’un vieillard solitaire, Herbert Molin, de nos jours au milieu d’une Suède rurale et dépeuplée, les pièces du puzzle se réunissent. Celles d’une plongée dans une Histoire qui n’a pas épargné la Suède.

Remplaçant Kurt Wallander, le héros récurrent de Mankell, Stefan Lindman, jeune policier et ancien collègue de Molin, entre en scène et tente, à coté de la police locale ( Giuseppe), de percer à jour ce crime d’une grande barbarie.

Au débout le lecteur est poussé volontiers à lier le prologue, la guerre, le nazisme et bourreaux qui tous ensemble ont réussi à éviter la justice. En avançant avec la lecture, l’écrivain nous surprend et nous ouvre le chemin à un autre crime. De ce double assassinat, on est vite convaincu qu’il y a deux mobiles différents, mais liés.

Cette complexification fait le lien entre deux époques. Le projet de l’auteur à travers ce récit, a son style d’écriture toujours aussi classique et efficace, mais surtout cherche à faire le portrait de son pays. Un auto- portrait en noir, où le personnage principal souffre d’un cancer de la langue (défaut qui le ramène toujours à la réflexion), où les vieillards ne sont pas ce qu’ils semblent, où les familles se découvrent bien tard, où les groupements néo- nazis à l’œuvre ont tendance à se propager.

L’idée d’une contagion du mal est ainsi amadouée par le récit, qui nous conduit de l’Allemagne nazie à l’Amérique du Sud, où de nombreux bourreaux ont trouvé refuge après la guerre, jusqu’en Suède, où la neige semble capable de tout effacer.

Mais un crime appelle un autre crime, même à distance de cinquante ans d’intervalle, comme un morceau de puzzle qui manquait pour finir une histoire terriblement commencée.

Henning Mankell décrit un labyrinthe colossal, où l’on retrouve souvent quelqu’un de connu derrière l’ombre de son propre père. On a l’impression que l’auteur cherche à remettre en question son lecteur, un discours où le passé vit sans rupture avec le présent. Le mal est diffus, mais lorsqu’il se matérialise, il peut être bien plus proche qu’attendu.

En attendant la mort, on pourrait reprocher à l’écriture quelques images révélatrices, telles que la passion de Molin pour les puzzles, alors que sa vie en est elle – même un. L’auteur prétend avoir une réflexion profonde, capable de comprendre le crime et l’histoire des personnages avec leurs vicissitudes privées et quotidiennes.

La structure du roman

« Le retour du professeur de danse » fait partie de la catégorie de roman noir.

Comme tous les romans polars scandinaves l’histoire se déroule à l’intérieur du quasi mythique paysage nord – européen.

Roman noir parce qu’il présente de l’action et de la violence ; les crimes sont toujours signés d’un mystère qui rend fascinante et intriguante le parcours de l’histoire.

On pourrait souligner qu’on peut le situer dans la catégorie des romans policiers historiques, grâce à la reprise d’une histoire réellement passée (le procès Belsen), à travers un récit rempli d’énigmes et d’une réelle intensité.

On assiste à la typologie typique du détective des romans noir. Le code descriptif qu’on trouve est celui d’un homme qui préfère la solitude, qui a eu un passé difficile et qui a toujours des signes particuliers qui le distinguent.

L’auteur utilise la focalisation interne, on suit le développement de l’histoire avec les yeux du protagoniste (private- eye). Chez Mankell surtout le détective travaille de façon émotionnelle, donc l’enquête policière marche ensemble à une enquête existentielle.

L’écrivain utilise souvent une technique qu’on repère pour le cinéma, c’est-à-dire l’effet montage, en liant un événement avec un autre, par exemple, comme dans la scène du prologue il reprend une histoire du passé pour la situer au début.

Le crime est un élément désirable dans le récit, qui va permettre le développement, où on dévoile tout autour des personnages qui sont à eux- même les détenteurs d’un secret, d’un lien à la solution finale. Dans l’histoire il n’y a pas qu’une seule victime et un seul criminel, le meurtre extériorise un élément de la société, tous se répercute sur le crime qui contamine les personnages et l’ambiance.

Conclusion

Chez Mankell on peut faire la connaissance des différentes psychologies des personnages. Ainsi on a jamais accès à la psychologie de la première victime- criminelle – Molin -, en revanche on connait bien les sensations émotives et intuitives du détective –Stefan – qui nous conduit à résoudre le cas.

Selon la critique c’est le doute qui caractérise certains romans policiers, c’est le cas de celui-ci qui comme synonyme porte les prénoms de l’ombre, l’angoisse et finit par la folie. On peut bien le prouver dans le portrait de Molin, personnage très angoissé, changeant d’identité et qui vit dans une espèce de bunker.

Dans ce roman la recherche d’identité est toujours mise en jeu. La vision œdipienne du roman est rendue grâce à l’histoire de chacun qui s’appuie sur son propre passé et l’image du père pour révéler les secrets du présent.

La figure du protagoniste est celle de l’anti- héro, qui l’écrivain rend plus humain à travers ses faiblesses ; et aussi une figure œdipienne, il est conduit toujours par hasard vers la vérité, les indices lui tombe dessus.

Le roman est basé surtout sur une histoire de rupture, les détails nous amènent à découvrir la vérité comme la danse, le carnet de bord dans le cas de Molin (Aron).

Le roman plein de suspens amène le lecteur à se poser des questions :

Pourquoi était- il facile de tuer dans le nazisme ?

Un criminel peut-il se transformer en victime ?

Un crime peut-il nous débarrasser de la haine et nous venger de la justice ?

Au Pôle Nord

Au Pôle Nord J’écoutais une chanson

car il n’y avait rien à faire de tout façon…

Seulement une petite semaine

et il se présentait une énigme nocturne

sur la philosophie gréco-romaine

je me sentais d’être sur Saturne!

Au Pôle Nord

Nous avons négocié

depuis je ne me sens plus obligé

si les affaires reprennent

toute une vie à la traîne on voyait relancer

si si je vous dis, c’était ça la chanson

Amen, Prions!

Au Pôle Nord la nuit

tant pis

je tuerai tout le monde

je m’en irai dehors

parce qu’on vit sans intérêt

et c’est ainsi que mon âme s’étouffera

pendant que quelques princesses

l’occasion fera foirer…

Au Pôle Nord

le soleil j’attends sans illusion

si monsieur débarque

je le tuerai sans allusion

Ici tu regards

un roman policier

l’imagination un instant se réaliser

Et mon cœur s’arrêta

L’importance de comprendre

« Aventure est juste un nom romantique pour le problème » 

Gerard Blanc ne comprenait plus rien suite avoir reçu cette lettre! Lui qui avait travaillé pour les Armée toute une vie, là devant cette étrange convocation voulait voir plus claire. Alors commença des nouvelles recherches jusqu’à au moment de tomber sur un dossier de son neveu. C’était un dossier récent qui pouvait lui éclairer le sens de temps moderne. Son neveu venait de commencer de travailler pour une agence de pub et peut-être ses enquêtes pouvaient l’aider.

« L’importance de comprendre » soulignait Gerard. On ne commence pas une nouvelle aventure sans une vrai motivation!

C’est ainsi que Gerard commença à lire le dossier sur la pub de son neveu…

« Le 15 – 24 ans, est-elle une cible peu efficace à conquérir dans le monde des Médias? »

I. Les 15 – 24 ans dans le monde des médias.

  1. Une génération multitasking et mobile

II. Quels médias préfèrent-ils?

  1. Internet

  2. Comment utilisent les supports digitaux

  3. Les autres média : La Télévision

  4. La Radio

  5. La Presse, Le Cinéma et L’Affichage

III. Le 15 – 24 ans: Un défi pour les annonceurs et ses marques

  1. Comment aborder ce jeune public. Le secret des marques: La Communication.

  2. Le 15 – 24 ans: Est-elle vraiment une cible peu efficace à conquérir chez l’annonceur? Non si on arrive à la fidéliser.

IV. Quels sont les stratégies médias à adopter? Les enjeux médias et les outils

  1. Quels stratégies sont misent en act à la télévision?

INTRODUCTION

Historiquement considéré une cible difficile à apphrender, le 15 – 24 ans sont cependant largement visés par les annonceurs. La difficulté de capter l’attention de cette cible réside dans le fait que la généralisation des équipements multimédia et technologiques à changé nettement les modes de consommations des médias. La consommation est désormais multimédia (plusieurs média au même temps), multitâches (activités en simultanées) mais elles est aussi plus individuelles, active et mobile. L’audience des médias traditionnels se trouve alors fragmentés et fragilisées.

Pour pouvoir être mit en relation avec la génération 15- 24 ans le schéma push doit être remis en cause au profit d’une communication cross -média où le digital doit faire parte intégrante du plan média.

Tout d’abord j’ai choisi ce sujet parce que suite à mes campagnes publicitaires qui ont eu comme cible parfois les 15 – 24 ans, j’ai été souvent confronté avec ses problèmatiques d’audience à la télévision. Et en outre mon intérêt aux nouvelles technologies des communications qui a profondément changé la façon de consommer des jeunes les médias : la catch – up, les réseaux sociaux, la Social TV, le gaming, la vidéo, les communautés sont autant des possibilités qui offrent le digital.

Les problèmatiques que j’ai chosi d’aborder sont multiples.En premier lieu de réveler l’idéntité des 15 – 24 ans. Leur position vis à vis des médias aujourd’hui. Dans une deuxième partie de mettre en évidence le défi des annonceurs et de leur marques face à cette évolution des changements. Ici je proposerai quelques stratégies qui a eu lieu en France média et hors – média. En fin dans ma dernière partie je présenterai des pistes en matière de stratégie médias et de communication, axées sur deux médias indispensables de 15 – 24 ans, plus précisément internet et la télévision.

Il est nécessaire tout d’abord pour l’annonceur de comprendre cette cible et ce qu’elle recherche aujourd’hui par rapport aux marques.

I. Le 15 – 24 ans dans le monde des médias

Aujourd’hui âgés de 15 à 24 ans on peut affirmer que cette cible appartient surtout à une génération connectée qui a grandi avec internet et les grands technologies de communication et information. Ils constituent une cible très courtisée par les annonceurs.

D’abord parce que le pouvoir d’achat de ces 8 millions d’individus autonomes plus en plus jeunes est plutôt élevé. Mais aussi parce qu’ils sont les clients de demain. Comment les marques trouvent le ton – et l’occasion – d’engager un dialogue personnalisé avec eux? Pas facile de trouver la bonne longueur d’ondes avec les jeunes dans une société qui, ayant consacré cet âge de la vie comme valeur suprême, fait du jeunisme à longueur de journée.

Il est néanmoins possible de distinguer doux groupes dont les caractéristiques se regroupent avec d’un coté 15-18 ans et de l’autre côté les 18-24ans. On peut dire que jusqu’à 18ans les jeunes sont toujours en pleine construction identitaire (la mode par exemple) et différents facteurs comme l’emploi, l’environnement ou le sexe contribuent à mieux les identifier.

En outre le 15 -24ans sont les premiers consommateurs de TIC, c’est-à-dire des nouvelles technologies comme ordinateur, smartphone et tablette. Enfin nous pouvons définir cette génération une « génération connectée ».

1. Une géneration multitasking et mobile

Le 15 – 24 est connue comme une génération qui consomme beaucoup de multimédia. Ils disposent d’un multi – équipement et ils ont adopté des nouveaux modes de consommation qui les amènent à consommer les médias traditionnels sur des nouveaux supports digitaux.

Selon une étude de Médiamétrie ce sont 54 % des jeunes qui consomment la catch – up TV et le replay, alors que 73 % ont écouté au mois une fois la radio sur un support numérique (pod – cast, web radio et smartphone).

En outre le 15 – 24 ans consomment souvent plusieurs media en même temps. L’usage de la télévision s’accompagne d’un multitasking grandissant sur des activités interactives à travers un second écran : smartphone, tablette ou bien ordinateur. Souvent pendant qu’ils regardent la télévision l’activité privilégié des 15 – 24 est d’être sur les réseaux sociaux. D’où le phénomène de la Social TV. Une pratique qui contribue à augmenter l’audience des chaînes TV en exploitant les réseaux sociaux qui donnent leur avis sur n’importe quelle émission.

Selon une étude IPSOS, le fait de se connecter sur un deuxième écran ne réduit pas pour autant l’attention que les jeunes portent aux programmes diffusés sur l’écran principal mais diminue au contraire l’effet de zapping puisque le téléspectateur connecté se reporte temporairement sur son réseau social lorsque l’intérêt pour un écran diminue.

Un autre phénomène qui caractérise parfaitement la cible des 15 – 24 ans est certainement ce qu’on appelle ATAWAD, un moyen d’accès au contenu en se connectant n’importe où, n’importe quand et avec n’importe quel terminal. C’est un facteur qui montre comment cette cible est immergée dans la mobilité car en moyenne le 15 – 24ans passent entre 8 h et 10 h en dehors de son domicile.

II. Quels medias préférent – ils?

Au contraire de ce qu’on pense les jeunes ne choissisent pas seulement les médias sociaux. Bien que Internet reste le média préféré de 15 – 24 ans la consommation des médias traditionnels est encore assez importante. Ces jeunes sont habitués aujourd’hui à consommer les médias traditionnels à travers des supports digitaux.

Tout cela grâce à l’arrivé des appareils connectés qui ont justement permis aux medias de developper des nouveaux produits leur permettant de rester concurentiels sur le marché.

1. Internet

Internet est le premier media des 15 – 24 ans. Il s’agit de la tranche d’age qui a le plus d’affinité avec le media internet mais aussi la plus connectée. Ils consultent des forums et des blogs, téléchargent et partagent des vidéos, musiques et photos et sont de grands utilisateurs des réseaux sociaux. Selon une étude de Médiametrie en 2012 85 % des 15 – 24 ans sont inscrits sur Facebook et 26 % sur Twitter. Ils restent les deux sites les plus visités avec Google.

Toutefois l’apparition des nouveaux supports ( télévision connectée, tablette et smartphone) entraîne des modes consommations différents chez les 15 – 24ans.

2. Comment-ils utilisent les support digitaux?

Selon différents articles1 on constate que 98 % des 15 – 24 ans sont des internautes. Nous pouvons bien distinguer les activités liées à la communication des jeunes internautes. 86 % utilisent les mails, 78 % utilisent les réseaux sociaux, 55 % lisent des messages sur des blogs et des forums, 41 % téléphonent avec l’ordinateur.

La consommation des médias traditionnels à travers l’utilisation de l’ordinateur est également important chez les 15 – 24ans. En effet ils sont 24 % à écouter la radio sur le web, 50 % à écouter de la musique sur des plates-formes gratuites et 47 % à télécharger de la musique gratuitement. Ils sont 64 % à regarder des vidéos hors direct et 28 % la télé en direct et 51 % à consommer la catch up.

La consommation des de presse des 15-24 ans reste un peu faible avec 55 % de consultation de presse gratuite sur Internet dont 67 % de plus 15ans+. Enfin 53 % jeu en ligne.

L’ordinateur reste le support préféré au téléphone mobile pour surfer sur Internet selon des études de Médiamétrie2. En effet l’ordinateur est l’écran multifonctions, mobile, accessible et pratique.Il n’est pas étonnant qu’il plaise autant aux 15 – 24 ans car il répond parfaitement à leur attentes comme partager des vidéo, photos, communiquer, se tenir informer. D’un point de vue affectif, ils sont 42% à affirmer leur attachement à l’ordinateur contre 37 % au smarthphone3.

4Environ 70% de 15 -24ans sont mobinautes et consacrent 4 heures par jour à son smartphone. Les principaux usages de mobile restent la consultation des emails pour 50 % des 15 – 24ans et le 63 % des réseaux sociaux. D’après une étude de Kantar Média pour la cible 11 – 24ans, ils seraient nombreux à affirmer être mobile addicts5. L’usage des tablettes tactiles ne cesse pas de progresser dans les foyers français. De ce fait 19 % de 15 – 24 ans sont des « tableanautes ». Ce sont 74 % des jeunes « tablenautes » qui surfent sur le web grâce à leur tablette et 61 % qui téléchargent régulièrement des applications gratuites. La tablette est utilisé surtout pour la lecture de la presse gratuite, le visionnage des vidéos et de la télévision et l’utilisation des jeux en ligne.

Pour conclure en ce qui concerne la consommation internet sur la télévision connectée, 31 % de 15 – 24ans sont des télénautes, soit 5 point de plus que l’ensemble de la population des 15ans et +.

La pénétration de télé connectée dans les foyers français selon des études de Médiametrie est de 13 % en 2012. Une consommation qui tend à progresser : regarder des programmes après leur diffusion reste l’activité principale de la télévision connectée pour 63 % des 15 – 24ans.

3. Les autres médias:

La Television

La télévision reste toujours un media très consommé par des jeunes. Il se position bien à la deuxième place derrière bien sûr la puissance d’Internet.

Les jeunes comme on sait, passent la pluspart de leur temps en dehors de leur domicile. Toutefois les 15 – 24 ans passent environt 2 heures par jour devant la télé. Malgré cela, la vraie nouveauté c’est la consommation de contenu délinéarisé : consommation en différé des programmes à la carte en payant VOD, ou gratuit CATCH UP.

Le 15 – 24 ans sont intéressés surtout par des programmes jeunesse, des émissions musicales, fiction, série et sport. Les chaines qui seduisent les jeunes:

– TF1 avec 25% de part de marche suivi par M6 avec 13%.

– Nous avons NRJ12 et W9 à 8%, alors que D8 et à 5% parmi chaines de la TNT.

Du côté de l’annonceur la télé reste la premier media investi en 2014 avec 34% de part de marché multimédia. Bien que cette cible reste la plus chère: le coût GRP moyen est environ de 10 200 euro ce qui est, largement plus chère que pour les autres cibles.

4. La Radio

A la troixième position du marché nous avons la radio. Il s’agit du media qui a pu le mieux s’adapter à la nouvelle génération 15 – 24ans car ses contenues désormais on peut écouter sur web radio, sur un smartphone, en live ou en différé par l’intérmediaire des podcasts.

Nous avons en moyenne 52% de 15-24 ans qui écoutent la radio sur un smarthphone, 20% sur podcast et 24% sur des web radios6. Les 15 – 24 sont presque 50% à é outer la radio online pendant 2 heures. Malgré ses côtés positifs, la radio est penalisée par l’apparition des pures players comme Deezer, Itunes, Grovesharks, Spotify qui lui fait perdre des parts du marché.

Toutefois avec les stations NRJ, FUN Radio, VIRGIN Radio, SkyRock nous avons 73% d’audience sur cette cible.

5. La Presse, Le Cinéma et L’Affichage

La consommation media presse digital tend à progresser sur cette cible, 55% des jeunes lisent des journaux sur Internet. Alors que la presse magazine reste un media très faible pour le 15 – 24 ans. La presse la plus lue reste la presse quotidienne urbaine gratuite avec 20 Minutes, Direct Matin et Metro, les magazines qui traitent de sports, presse – people, musique et cinéma se trouvent en bonne place.

Le cinéma représente 27 % des entrées totales en 2012 ce qui montre une augmentation de fréquentation dans les salles7.

L’affichage reste un media qui a beaucoup d’affinités avec cette cible. Puisque les 15 – 24 ans sont fortement exposés à la publicité extérieure. Ils utilisent souvent les transports en commun et passent entre 8h ou 10h dehors de leur habitation.

III. Le 15 – 24 ans: Un défi pour les annonceurs et ses marques?

En vérité les vrais jeunes dans leur grande diversité, s’avèrent beaucoup plus difficiles à capter.

Pour caricaturer aux questions « qui sont les jeunes » ?, ou encore, « comment aiment-ils qu’on leur parle ? », il y a deux catégories de réponses qui sont apportées. D’un côté, les pragmatiques qui ne savent que répondre pour la raison qu’ils n’en finissent pas, au fil du temps, d’observer la variété (et la variation) des comportements selon leur secteur d’activité. De l’autre, il y a ceux qui généralisent et catégorisent parce que c’est leur métier (spécialistes de la communication, bases de données sur cette cible)8. 

Pour autant, les typologies, si elles ne peuvent prétendre à une lecture universelle des problématiques sectorielles, permettent de planter le décor, de brosser à grands traits le contexte et les valeurs d’une génération, d’une tranche d’âge à un moment précis.

« Communiquer sur cette cible requiert des capteurs haute sensibilité : les tendances et engouements se font et se défont à un rythme accéléré9 », révèle, une agence de communication spécialisée sur les 15-24 ans.

« De 9 à 24 ans, les jeunes vivent dans une logique de construction identitaire et d’affirmation de soi10 », explique Cécile Monier, avec un outil qui permet de s’immerger dans la vie des personnes (et non seulement des consommateurs). De 13 à 19 ans, l’adolescent conteste et s’oppose. Il remet en cause les sources d’autorité et refuse le modèle proposé. Il ne veut pas se conformer à ce que l’on attend de lui et se définit par rapport à l’appartenance à un groupe, à une tribue.

Paradoxal, il aime la pub si elle lui parle de façon décalée ou absurde, avec une pointe d’humour, mais en revanche, il n’apprécie pas d’être pris pour cible marketing.

Son discours envers les marques pourrait se résumer ainsi : « souvenez-vous que je suis une personne. Adressez-vous à cette personne d’abord. C’est elle qui fera le choix, ou non, d’agir en consommateur ».

1. Comment aborder ce jeune public?

Le secret des marques: la communication.

Exemple de communication réussie, celle des marques comme Coca – Cola qui met en scène toujours une tranche de vie ordinaire en faisant parfois de l’humour. Le produit se fait discret. Dans cette publicité il est racontée le premier baiser de deux jeunes.

https://www.youtube.com/watch?v=Dm1a9cspuac 11

La marque Diesel par exemple a opté pour le même parti pris : s’effacer pour raconter une histoire forte, qui touche émotionnellement cette cible, plutôt que de lui envoyer brutalement un discours publicitaire sur le produit.

Par exemple dans ses publicité pour ses parfums, Diesel donne l’ image d’une jeunes femme qui a du pouvoir12.

http://www.dailymotion.com/video/x13js1x_pub-diesel-loverdose-tattoo-2013-hq_creation

Le jeune adulte se convertit à une logique d’adaptation et d’intégration. Il a pris conscience qu’il était un individu au sein d’une société et qu’il valait mieux en faire partie. Mais plutôt que de vivre la nécessité de l’intégration comme une contrainte, il en profite pour explorer les différentes facettes de sa personnalité. Il aime s’adapter. « Sur cette cible, tout ce qui évoque l’exploration de nouveaux univers, les voyages physiques et émotionnels, est très porteur »13.

Y compris, sous la forme d’une régression ? Les plus de 20 ans ont envie de garder la fraîcheur de l’enfance (cf. succès de la campagne Petit Bateau mettant en scène des jeunes adultes dans des situations de l’enfance) et apprécient une communication seconde degré sur ce thème.

2. 15 – 24 ans : Est-elle vraiment une cible peu efficace à conquerir chez l’annonceur? Non si on arrive à la fideliser.

Comme la vente, la fidélisation d’une cible jeune a souvent intérêt à emprunter certains détours. Retenue par la RATP pour la conception du programme relationnel de la carte Imagine’R (une carte annuelle de transport pour les 12-25 ans en Ile de France, au prix de 70 euro pour 2 zones par mois14), l’agence Impiric a planché sur la problématique suivante : comment renforcer la proximité avec la cible pour fidéliser les 550 000 porteurs actuels et leur donner envie de faire de la propagande autour d’eux ? « Nous devions imaginer la communication et les services réservés aux abonnés, afin de maximiser la valeur d’usage – qui est la somme des valeurs économique et affective – de leur carte. En clair, le but est qu’ils perçoivent leur carte comme indispensable15 », explique Catherine Sudres, directrice conseil chez Impiric.

La stratégie de 2001 comprenait un dispositif où un « consumer magazine » de 52 pages était dédié à la thématique de la mobilité urbaine et était adressé au domicile des porteurs de carte, pour remplir l’objectif de proximité et favoriser la circulation.

A des encablures d’un discours publicitaire dirigé, ce premier consumer publiposté à destination des jeunes, diffusait un contenu communautaire, en affinité avec la cible. Sa forme même était inspirée de l’idée d’un aller-retour : doté de deux couvertures, il pouvait se lire dans les deux sens.

Une entrée se faisait autour de « l’aller », une partie qui incitait à sortir, à aller vers l’extérieur, en établissant un parallèle entre la mobilité physique et la mobilité intellectuelle et culturelle. Tandis que l’autre était consacrée à un retour sur soi, au cocooning. Son graphisme était inspiré des créations sur le Web et des jeux vidéo. L’idée était de faire participer les lecteurs au contenu de ce trimestriel avec pub.

Ils pouvaient lui communiquer leurs idées de sorties et participer à des concours de créativité (dessin, texte, film, happening sur un thème). « Pas question de faire du jeunisme. Nous ne les tutoierons pas, ni ne parlerons à leur place. Il s’agit avant tout de les informer, sur un ton humour décalé, sur leurs centres d’intérêt, d’apporter une réponse à leurs préoccupations identitaires », poursuit Catherine Sudres. L’idéal était que ce consumer devienne un vecteur de communication qui circule entre eux.

IV. I Quels sont les stratégies médias à adopter?

Les enjeux médias et les outils

Nombreuse peuvent être les stratégies médias à entreprendre auprés des 15 – 24 ans. Une parmi les plus importantes pour l’annonceur peut être répresentées être d’investir dans le marketing mobile.

Effectivement le mobile réinvente le marketing relationnel avec plus d’immédiateté dans l’interaction avec les clients. C’est ainsi une énorme opportunité pour les marques. Mais malgré cet avantage, il reste difficile de mettre en place une communication efficace. Cela est dû à la peu efficacité de la créativité de la publicité sur le web mobile. Le moyen au classique tel que le QR code ou la notification SMS sont très connus et désormais considérés très intrusifs. Le display et le search restent les formats publicitaires qui dominent comme le mobile.

Il est important d’ajouter une « dimension pull aux usages »16 de la téléphonie puisque le 15 – 24ans apprécient le contenu participatif et interactif. Il est nécessaire pour les annonceurs d’expérimenter des nouveaux formats mobile ou des applications intégrant directement la publicité pour les marques afin de toucher cette cible.

La stratégie de communication pour du mobile doit s’articuler autour des trois composantes : la personnalisation, la géolocalisation et l’immédiateté. Aujourd’hui des solutions possibles peuvent être par exemple le Rich Media, une manière de surprendre l’utilisateur dans les applications comme mettre en place des bannières interactives. La 4G offres des nouvelles perspectives pour élargir la communication. Avec les nombreux programmes dont peut bénéficier avec un portable le partage de la communication est assuré17.

La stratégie marketing de mobile doit être plus concrète chez l’annonceur, elle doit être mieux établie à la différence des autres médias traditionnels18.

C’est important de l’intégrer complètement dans leur stratégie marketing globale et de disposer des meilleurs outils d’analyse. Par exemple un bon dispositif d’analyse est le Panel Multi Écran surnommé PAME. Avec Pame se développe une mesure complémentaire single source pour mesurer les usages conjugués de tous les écrans au sein d’un même foyer : télévision, ordinateur fixe et portable, smartphone, tablette.

L’enjeu est de fournir aux acteurs du marché un instrument qui éclaire les opinions et les choix pour planifier et valider des stratégies éditoriales et publicitaires efficaces. La profession croit à ces opportunités nouvelles de communication. Mais il faut maintenant passer de l’intuition à l’expertise, pour comprendre précisément les complémentarités dans le but de conforter la confiance des annonceurs.19 Comment ça marche le panel multi – écran?

Près d’un équipé TV/Internet sur 5 utilise un autre écran pendant qu’il regarde la TV, selon la source PaME produite par Médiamétrie, basée sur le Panel Google et Médiamétrie (Novembre 2014 – Individus de 15 ans et plus vivant dans un foyer équipé TV et accédant à internet) 20:

C’est ce qui ressort de «L’Année internet 2014», dont le bilan a été présenté hier par Médiamétrie. Pour 2014, l’institut a quantifié les nouveaux usages et comportements des internautes. 22% des Français se connectent chaque mois à trois écrans (+4 pts en un an) et 12% sur les quatre écrans TV, ordinateur, mobile et tablette (+3 pts en un an). Ils sont 30 millions à utiliser à la fois un ordinateur et un mobile (+17,7 pts en un an). L’utilisation unique de l’internet fixe recule quant à elle de 19,5 points. De plus, 2 millions d’individus utilisent exclusivement le mobile21.

L’accès panel dédié aux jeunes 15 – 24 ans?22

Un access panel est un échantillon qualifié d’individus volontaires pour répondre à des enquêtes.

Lancé fin septembre 2013, « Touch » est l’access panel de Médiamétrie dédié aux jeunes de 15-24 ans.

Originalité de ce panel, il repose sur un site, Touch by Médiamétrie, qui propose tous les jours des contenus attractifs pour cette cible : chiffres-clés, musique, jeux, résultats d’études marquants, articles de fond et vidéos réalisés spécifiquement pour le site.

En fidélisant un lectorat jeune, « Touch » compte déjà plus de 115 000 membres de 15-24 ans segmentés et motivés, prêts à répondre à toutes les interrogations sur leur univers et mode de vie. Un succès également fondé sur l’animation de cette communauté, notamment sur les réseaux sociaux.

Médiamétrie mène ainsi près de 60 000 interviews par an pour ses clients, par exemple des tests de films ou d’affiches, des enquêtes sur les comportements en ligne…

« Touch » donne également la possibilité aux décideurs marketing, acteurs médias et hors médiasde mener des études ad’hoc sur des problématiques spécifiques auprès de ces jeunes de 15-24 ans, une cible reconnue pour être difficile à toucher. Réalisées via Internet, ces enquêtes peuvent être effectuées en quelques heures après réception du brief.

Quels stratégies sont misent en act à la télévision?

Si on veut parler des nouvelles solutions mises en pratique par la télévision pour conquérir plus d’audience, en premier lieu on trouve la télévision de rattrapage. Avec ses nombreuses dénomination ( Replay TV, Catch Up, TV à la demande) l’objectif de la tv de rattrapage consiste tout simplement à voir ou revoir des programmes Télévisés à la demande, de manière délénearisée, dans un delai de 7 ou 30 jours après la diffusion initiale. En France nous avons My TF1, France TV pluzz, M6 Replay parmi les chaînes les plus connues qui mettent à disposition leur programme sur un site web pour être vus, commentés ou même partagés.

Ce nouveau moyen de diffusion, TV en VOD payant ou à la carte ou gratuit Catch up, séduit de plus en plus de public. Dans le 2012 34 % des 15 – 24ans ont regardé des vidéos à la demande. C’est un service qui plaît aux jeunes surtout parce qu’il est accessible gratuitement23. Les 15 – 24ans préfèrent regarder les vidéo sur Internet. Selon le baromètre mensuel de juin 2013 du CNC ( Centre National du Cinéma et de l’Image Animée24) sur la TV de rattrapage cette cible passe en moyenne 10 heures à regarder des vidéos de 3 minutes et 55secondes en moyenne contre 5 heures en 2011. Cette consommation est souvent individuelle parce que faite sur des écrans d’ ordinateur, sur tablette ou smartphone mais elle favorise aussi le lien social avec les proches car les vidéos sont souvent partageables. Le support privilégié pour regarder des programmes catch – up reste l’ordinateur avec 79 % devant la télévision, le smarthphone et la tablette. Les programmes les plus regardés chez les jeunes sont des divertissements, télé -réalité et jeux.

Selon de nombreuses études les individus préfèrent consommer la catch – up gratuite avec la publicité, plutôt que de payer pour pouvoir disposer du même dispositif sans la publicité. Malgré cela la publicité suscite des critiques. Elle peut être placée en pré – roll, midi – roll et post – roll.

On constate une différence de posture de l’individu selon qu’il consomme la catch – up sur son ordinateur ou bien qu’il la consomme sur la télévision connectée. L’individu est actif sur l’ordinateur car il est allé chercher son contenu directement lui -même et la publicité semble apparaître comme un obstacle à la vision d’un programme. Alors que devient la télévision l’individu est plus passif face au contenu visionné et le téléspectateur et par conséquent plus réceptif à la publicité. Sur la catch-up on voit les mêmes spots qu’à la télévision. C’est ainsi qu’on la juge peu innovante et répétitive. Il faudrait pour l’annonceur pour capter plus de public, écouter les demandes des 15 – 24ans, c’est -à- dire une publicité plus interactive et participative. Par exemple la Social TV qui est peut être une nouvelle solution au problème. Une technologie qui apporte un enrichissement de contenu aux téléspectateurs.

En résumé la Social TV consiste à interagir sur un contenu regardé à la télévision à travers différents types de modalités d’interaction telles que les commentaires, recommandations, votes, jeux. Tout cela advient grâce aux réseaux sociaux, blogs, forums, sites de télévision de rattrapage, sites de discussion ou collaboratifs. Par exemple Twitter ou Facebook sont considérés comme les médias par excellence de la social TV. La télé -réalité (The Voice, Secret Story, Les anges de la télé – réalité) les évenements sportifs ( Champions League) le talk show ( Le Grand Journal) rencontrent ded succès sociaux grâce à la mise en place de stratégies sociales. TF1 reste le leader avec 36 % de part d’audience avec le programme The Voice qui a généré 4,5milions de tweets en 2013 et se place en tête du top 20.

Le classement des chaînes et des programmes sur Facebook s’obtient grâce à la totalisation du nombre de « J’aime », de partages, des commentaires et des posts de fans sur les pages officiel les alors que l’engagement sur Twitter prend en compte le nombre total de mentions, de réponses et de retweettes. Ce classement constitue un baromètre de la relation entre les marques et leurs fans.

Le développement de la social TV est l’une de conséquences du multitasking et de l’utilisation des tablettes et smartphones. En outre, les différentes chaînes de télévision développent des dispositifs sociaux de plus en plus maîtrisés, illustrant leur volonté d’organiser et enrichir des nouvelles discussions autour des programmes.

Actuellement un internaute sur cinq pratique la social TV. Chez le 15 – 24 ans cette activité est en progression en contribuant à l’audience des chaînes qui utilisent la social TV et qui exploitent les réseaux sociaux pour donner leur avis sur les émissions. De ce fait ils sont 31 % à commenter régulièrement des émissions de télévision sur twitter et facebook. Pour eux il s’agit d’un moyen de s’exprimer pour donner son opinion sur un programme mais aussi de connaître les nouveaux programme TV par le biais des commentaires qui leur donnent envie de regarder tel ou tel programme.

CONCLUSION

Le 15 – 24 ans sont une cible très recherché chez les annonceur, définie comme la génération Internet et née sous l’apparition des nouvelles technologies. Les 15 -24 ans sont une cible de choix pour developper des stratégies de communication auprés d’un large public, sur le long terme.

Aujourd’hui ces changements technologiques obligent les médias et par conséquent les marques à réfléchir à des nouvelles stratégies pour s’adapter et continuer à vivre. La généralisation des équipements multimédias et technologiques a profondément bouleversé les modes de consommation des médias des 15 – 24 ans qui sont désormais multi – tâches plutôt individuelles, participatives et mobiles.

Les annonceurs doivent trouver toujours des stratégies innovantes et originales pour susciter la curiosité et réussir à conquérir les 15 – 24 ans. La montée et la puissance du digital laisse entrevoir des nombreuses possibilités de communication. Ainsi l’utilisation du mobile, la télévision de rattrapage et la social TV, trois pistes qui peuvent intéresser l’annonceur pour construire des meilleurs stratégies de communication pour cette cible difficile à conquérir que sont le 15 – 24 ans.

1Source : Médiametrie Oui et Web Q2 2013

2Etude de Médiamétrieen 2012, cité dans un article « Les 15 – 24 ans accros à leur Pc »

3Source : Mobile Consumer Insight – 3T 202

4Etude de Médiamétrieen 2012, cité dans un article « Les 15 – 24 ans accros à leur Pc »

5Kartar Media article 2011

6Source : Médiamétrie 126 000 Cumul 2012

7Source : Médiamétrie 2012

8http://www.e-marketing.fr/Marketing-Direct/Article/15-25-ans-jeunes-mais-pas-trop–6672-1.htm

9 Yann Dacquay, coprésident de Premier Réflex

10 Cécile Monier, consumer avocate au sein du département Pulse de McCann Erickson

11Video Pub : https://www.youtube.com/watch?v=Dm1a9cspuac

12Video pub Diesel: http://www.dailymotion.com/video/x13js1x_pub-diesel-loverdose-tattoo-2013-hq_creation

13 estime Cécile Monier

14http://www.stif.org/IMG/pdf/guide-tarifaire-2015.pdf

15 Agence Impiric, message suite à l’invention de la carte Imagine R dans le 2001

16Source : http://www.e-marketing.fr/Article-A-La-Une/Le-NFC-ajoute-une-dimension-pull-aux-usages-de-la-telephonie-mobile-2025.htm ‘Le NFC ajoute une dimension pull aux usages de la téléphonie mobile’ – e-marketing.fr

17Source : Publicité Mobile | iOS en tête, le Rich Media à l’honneur webzeen – 24/07/2013 –  

18Source :http://www.pwc.fr/11eme-edition-de-lobservatoire-de-le-pub-du-sri-realise-par-pwc-en-partenariat-avec-ludecam.html

19Source : Médiamétrie http://www.mediametrie.fr/innovation/pages/le-panel-google-et-mediametrie.php?rubrique=7&p=7,112,145&page=191

20Source : http://www.mediametrie.fr/internet/communiques/l-annee-internet-2014-d-ecrans-de-contenus-d-interactivite-de-complementarite-entre-ecrans.php?id=1213

21Source : Médiametrie : Présentation Panel Multi Ecran – décembre 2014 –

22Source : http://www.mediametrie.fr/innovation/pages/l-access-panel-dedie-aux-jeunes-de-15-24-ans.php?rubrique=7&p=7,117,151&page=203

23Source : Médiamétrie TV connécté 2012

24Source site CNN